Tous les calculs pour son rachat de crédits

Avant de souscrire à un rachat de crédit, il est indispensable de considérer le coût du rachat de crédit. En général, le coût total est composé de plusieurs éléments.

Pour déterminer le coût d’un rachat de crédit, il faut différencier les frais annexes, qui sont des frais supplémentaires liés au rachat de crédit, et les frais obligatoires, qui sont intégrés au calcul du montant total du rachat de crédit.

Calcul du rachat de crédit

En cas de rachat de crédit, il faut savoir qu’il y a certains frais qui ne sont pas obligatoires, car certaines opérations sont généralement gratuites. S’il est indispensable de s’acquitter des frais de dossier, d’autres opérations ne nécessiteront aucun investissement d’autre financier de votre part. Parmi ces opérations, il y a :

  • Les services du courtier, qui sont généralement gratuits
  • L’étude du dossier, qui se fait sans aucun frais, et qui ne peut donc nullement être facturé
  • Le refus du dossier par l’organisme prêteur : il ne doit y avoir aucun frais dont vous deviez vous acquitter
  • Les frais de dossier, qui sont uniquement facturés lorsque l’offre de rachat de crédit est signée. Dans le cas contraire, ces frais ne vous seront pas réclamés.

Des frais négociables

En règle générale, le montant des frais de dossier ne doit pas dépasser 1% du montant du prêt accordé par l’organisme financier. Comme il est possible de négocier les taux effectifs globaux, il y a également une possibilité de négocier les frais de dossier. Le rabais pourra être déterminé selon la qualité du dossier présenté ou selon l’entité bancaire de l’emprunteur. Il peut arriver que certains organismes bancaires offrent les frais de dossier, ce qui implique que l’emprunteur n’aura plus à les régler. En général, les établissements qui offrent les frais de dossier sont de nouveaux établissements bancaires qui demanderont en échange la domiciliation du salaire dès le moment de l’ouverture du nouveau compte bancaire.

Les frais à considérer pour l’ADI

Souvent, l’assurance décès invalidité est obligatoire. Elle est surtout utile pour couvrir certains accidents de la vie, tels que l’invalidité, le décès ou l’incapacité temporaire au travail. Dans ces cas précis, l’assurance s’engage à payer le reste des mensualités. Son montant peut être déterminé à partir de la somme initiale ou du capital restant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular Topics

Editor Picks