Quelques questions clés pour votre crédit immobilier

Le domaine du crédit immobilier est très technique. Ainsi, il est difficile à saisir pour le public. Trouvez dans cet article une réponse pratique à tous vos problèmes.

Investir dans l’immobilier pour affronter la crise

Pour faire face à la crise économique actuelle, l’immobilier figure parmi les solutions à la fois fiables que rentables. Mais, pour en sortir gagnant, une condition principale s’impose : opter pour un marché porteur.
Souscrire à un crédit immobilier permet avant tout de disposer d’une résidence principale. Voilà un des soucis majeurs de la majorité des Français. De plus, l’application d’un taux d’intérêt abordable encourage aussi les particuliers à opter pour la souscription d’un crédit immobilier.

Par ailleurs, le cadre fiscal du crédit immobilier incite aussi le public à opter pour ce type de crédit. En effet, la loi Duflot offre un meilleur environnement fiscal au crédit immobilier et aux investissements locatifs.

Les possibilités de refus de rachat

Le vendeur peut en toute légalité refuser une offre de rachat au prix du mandat. Avant toute chose, il faut savoir que la vente a été conclue entre l’agence immobilière et le vendeur, mais non avec l’acheteur potentiel. Par contre, l’agence immobilière a le droit de réclamer une commission auprès du vendeur grâce à la réalisation de la vente, car il faut noter qu’elle a accompli sa mission première.

Les frais de notaire et les frais d’agence

Il est à proscrire de calculer les frais d’agence avec les frais de notaire. En pratique, les frais de notaires sont évalués en fonction de la valeur du bien vendu et non par rapport aux services sollicités pour acquérir ce bien. Ainsi, si vous voulez exclure les frais d’agence du prix de la vente du bien immobilier en question, deux solutions s’offrent à vous :

  1. Faire signer un mandat de vente auprès de l’agence immobilière. Dans ce cas, elle perçoit une commission qui reste à la charge de l’acheteur ;
  2. Contracter un mandat de recherche.

Il faut noter que depuis ce mois de mars 2014, les frais de notaire sont évalués à 7,7 % du prix de la vente du bien immobilier.

Le profil de l’acquéreur

S’il existe un profil d’acheteur idéal en matière immobilière. Alors, les personnes âgées ainsi que les cadres offrent plus de confiance et de stabilité lors de la vente. En revanche, les gens ont tendance à attendre avant d’acheter un bien pour s’assurer d’avoir le maximum d’apport pour réaliser leur projet d’achat.

Les opérations bancaires

Les banques craignent de plus en plus à octroyer des crédits immobiliers. Cette appréhension se justifie principalement par le problème du cadre immobilier français. Les banques préfèrent financer l’acquisition d’un appartement ou d’une maison bien placée et en bon état. Côté durée, elles privilégient les crédits de moins de 15 ans.

Vendre avant de rénover

Il vaut toujours mieux vendre en état plutôt que de rénover et puis de vendre ensuite. Bien que le prix puisse être élevé, cela laisse peu de choix à l’acquéreur. En revanche, les travaux de rénovation s’imposent en cas de dégât des eaux et des maisons en péril.

Si vous le laissez en l’état, il devra réaliser les rénovations en fonction de ses gouts et ses aspirations. Toutefois, il faudrait que le bien à vendre montre les signes d’un bon entretien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular Topics

Editor Picks