Négocier un prêt immobilier : Nos astuces

Un prêt immobilier, plus que tout autre crédit, se négocie. Vu qu’il implique généralement une somme plus importante, la négociation permet de faire de réelles économies sur le coût du crédit immobilier. Le premier point de négociation étant bien sûr le taux et plus précisément le TEG. Vous devez également essayer de négocier sur les autres charges liées à l’emprunt, et notamment les frais de dossier. Pour pouvoir négocier, il faut avoir des arguments et c’est pour cette raison que vous devez préalablement vous préparer avant de débuter les négociations avec votre créancier.

Avoir une connaissance des offres du marché

Normalement, et nous vous le conseillons fortement, avant de faire votre demande de prêt immobilier vous devez avoir comparé les différentes offres des différents établissements de crédit. Non seulement cette comparaison est le meilleur moyen de trouver la meilleure offre, mais elle va également vous permettre d’avoir un aperçu de ce qui se fait sur le marché des prêts immobilier. Si vous n’avez plus trop en tête les offres de concurrents, n’hésitez pas à y rejeter un œil.

En effet, en ayant une connaissance des autres offres du marché vous pourrez plus facilement négocier votre crédit. Par exemple, vous pourrez évoquer le fait que telle ou telle offre propose un taux plus faible, ou des frais de dossier inférieurs. Ainsi, vous utilisez les arguments des autres établissements de prêt pour négocier le crédit chez le créancier que vous avez retenu. De plus, ce dernier verra que vous êtes bien renseigné et sera plus enclin à négocier.

Négocier la durée du crédit

Une fois que vous savez quel montant vous désirez emprunter, vous allez devoir définir la durée du crédit, c’est-à-dire la période pendant laquelle sera réparti en différentes mensualités le remboursement du prêt immobilier. Sachez que plus cette durée est longue et plus votre crédit vous coûtera cher, mais le montant de chaque mensualité sera plus faible. Dans la limite de vos revenus mensuels, vous devez essayer de négocier la durée la plus courte, et donc la mensualité la plus élevée. Pour cela vous devez savoir combien il vous reste environ chaque mois une fois que vous avez déduit de vos revenus l’ensemble de vos charges. Une grande partie de ce qui vous reste chaque mois servira à payer les mensualités. Néanmoins, il faut également en garder une autre partie afin de mettre un peu d’argent de côté.

Négocier le TEG

Le TEG ou TAEG est le taux effectif global ce qui signifie qu’il représente le coût exact du crédit en intégrant l’ensemble des frais. La négociation doit donc se faire sur ce TEG et non sur le taux nominal. Une fois que vous avez défini le montant que vous souhaitez emprunter et la durée, le TEG doit être le principal élément sur lequel vous allez essayer de négocier. Naturellement, votre objectif est d’obtenir le taux le plus bas possible et c’est pour cette raison qu’il est utile de connaître les taux appliqués par les autres établissements de crédit.

Il ne faut pas exiger l’impossible, c’est-à-dire si le taux est de 3 %, il ne sert à rien de vouloir le faire descendre à 1 %, la banque refusera forcément. Cependant, même une faible baisse aura un impact sur votre emprunt. Cet impact se verra davantage pour les prêts immobiliers d’un gros montant et d’une durée longue.

Plus votre situation financière et professionnelle est bonne et plus il sera facile de négocier. En ayant des revenus élevés et un emploi stable, vous pourrez utiliser ces arguments pour avoir un meilleur taux, car vous présentez un risque nettement plus faible pour votre créancier.

Négocier les autres frais

Les principaux autres frais sont l’assurance et les frais de dossier. Ces derniers sont en moyenne de 1 % du montant de l’emprunt immobilier. Vérifiez qu’ils sont bien présentés en TTC et non en HT. Essayez ensuite de négocier ces frais pour réduire le pourcentage. Comme pour le TEG, plus votre situation financière et professionnelle est bonne et plus il vous sera aisé de négocier les frais. Cela peut se faire en contrepartie d’une durée plus courte.

Pour l’assurance, sachez que vous pouvez souscrire à une offre différente de celle proposée par le créancier. Rien ne vous oblige à choisir cette dernière. Prenez le temps de comparer les offres pour trouver celle qui est la plus intéressante. Vous pouvez accepter l’assurance proposée par le créancier en échange de frais de dossier plus faibles, et inversement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular Topics

Editor Picks