La location courte durée : un placement performant

Ces derniers temps les médias parlent de plus en plus de l’immobilier locatif de courte durée. En effet, il s’avère que cette solution peut être plus avantageuse que de louer sur un bail de longue durée. Certains propriétaires en ont même fait leur métier. Dans les grandes villes, il est possible d’enchaines les locataires de courte durée permettant de toucher un revenu régulier. Cependant, il est probable que des durcissements en matière de fiscalité soient mis en place au cours de l’année pour ces locations meublées de courte durée.

Le principe

Il est fort probable que vous soyez déjà partie en vacance en louant un logement Airbnb ou Abritel. Ces sites ont la particularité de mettre en contact des personnes souhaitant louer un logement pour des vacances, avec des particuliers cherchant à loueur leur bien immobilier. Ainsi, au lieu de passer par les hôtels, les campings et les autres solutions plus traditionnelles, de plus en plus de vacanciers font appel à des particuliers pour leur logement durant leur séjour. Le confort est souvent supérieur et le prix plus intéressant.

Ce système de location meublée de courte durée ne se fait pas uniquement pour des vacances, mais peut également être utilisé pour un week-end, une journée, etc. Une personne devant se rendre dans une grande ville et passer une nuit là-bas peut préférer dormir dans un véritable appartement plutôt que dans une chambre d’hôtel.

Un secteur en plein boom

Ce mode de fonctionnement existe depuis très longtemps, cependant, avant on n’avait que les annonces dans les journaux ou le bouche-à-oreille pour prendre connaissance de ces locations. Désormais, les sites comme ceux évoqués ci-dessus permettent de comparer les offres, de trier, et de chercher avec plus de précision. Forcément, cela ne convient pas au secteur hôtelier qui perd des clients.

En effet, le secteur des locations meublées de courte durée est en plein boom. Il faut dire qu’il s’agit d’une solution particulièrement rentable pour les propriétaires. En proposant un appartement meublé en plein cœur d’une grande ville, la demande permet généralement de loueur sur des périodes de courte durée, mais tout au long de l’année. Au final, la rentabilité s’avère supérieure que de louer un bien sur une longue durée.

Une fiscalité bientôt plus contraignante

Face au secteur hôtelier qui se plaindre de ne pouvoir lutter à armes égales avec cette forme de location, le gouvernement tente de réagir. Il veut notamment durcir la fiscalité de la location meublée qui est actuellement assujettie au régime du micro-BIC qui permet d’appliquer un abattement de 50 % lorsque les revenus sont inférieurs à 32 900 €. Si le bien est considéré comme un meublé touristique classé, cet abattement peut même atteindre 71 % pour une limite de 82 200 € de recettes. Ce n’est pas le cas du locatif nu soumis au régime des revenus fonciers ne permettant pas un tel abattement. Le gouvernement voudrait donc mettre ces deux formes sous le même régime.

De même, ces particuliers ne déclarent pas toujours les revenus perçus grâce à leurs locations. Pour contrer cela, l’idée serait d’instaurer un moyen de vérification en utilisant les plateformes via lesquelles ils louent leurs biens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular Topics

Editor Picks