Crédit immobilier et frais d’acquisition

Le plan de financement a une réelle incidence sur le succès à long terme d’un projet de nature immobilière. Ce plan doit inclure plusieurs éléments, dont le prix d’acquisition n’est qu’une partie. Il est alors nécessaire de prendre en compte certains frais supplémentaires, ainsi que différents frais à honorer pour les propriétaires de biens immobiliers. Ces dépenses comprennent les impôts locaux, ou encore les taxes dont il faut s’acquitter.

Les différents frais à prévoir

Acheter un bien immobilier implique le paiement de divers frais s’ajoutant au prix d’acquisition initial du bien en question. L’acquéreur est dans l’obligation de s’acquitter de ces frais. En effet, ils sont à sa charge, et comprennent :

  • Les droits liés aux enregistrements
  • L’établissement de la déclaration auprès du bureau des hypothèques
  • Les frais de notaire
  • Les honoraires de l’agent immobilier, si l’intervention d’une agence immobilière a été nécessaire
  • Les frais d’inscriptions liés aux garanties, tels que les privilèges du prêteur de deniers ainsi que la caution d’un crédit au logement

Les montants de ces frais sont variables. Dans le cas de la vente d’un logement neuf, ils représentent entre 2 et 3,5% du prix de vente du bien immobilier. Dans le cas de la vente d’un logement ancien, la valeur des frais peut atteindre 8 % du prix de cession. Effectuer une provision pouvant couvrir ces frais est donc indispensable. Il est en effet important que le plan de financement intègre ces frais qui représentent des sommes assez conséquentes.

Impôts locaux et redevances

Être propriétaire d’un bien immobilier implique une obligation de paiement d’un nombre assez conséquent de redevances. Celles-ci concernent la résidence principale, mais aussi les résidences secondaires et les investissements locatifs. Il est également nécessaire de s’acquitter d’impôts locaux qui doivent être payés tous les ans.

Les impôts locaux incluent généralement les taxes foncières qui sont à la charge du propriétaire, et les taxes d’habitation qui sont, quant à eux, à la charge du locataire du logement.

Imposition de la plus-value pendant la cession

Lors de la cession d’un bien immobilier, il est possible de dégager une plus-value dans le cas où le prix de vente est plus conséquent que son prix d’acquisition. La plus-value sur une cession immobilière est imposable à raison de 19,5 %, et s’ajoute à des prélèvements sociaux de 15,5 %.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular Topics

Editor Picks